rencontre canada femme

trouver une prostituées Troubles bipolaires : la piste des mitochondries

rencontres femmes fribourgeoises La mutation d’un gène situé dans les mitochondries serait à l’origine de certains cas de troubles bipolaires.

prostituee se faire baiser Claire Heitz
cellule

faire une bonne description sur un site de rencontre Yoyo émotionnel, sautes d’humeurs, dépressions, irritabilité, exaltation et parfois même psychoses : voilà de quoi est fait le quotidien d’un bipolaire. En France, cette maladie psychiatrique toucherait 1 % de la population dans ses formes les plus graves et 10 % sous des formes plus légères.

que faire rencontre La bipolarité est due à un dysfonctionnement des neurones dans le cerveau, qui sont perturbés par une surproduction de sérotonine (une molécule qui provoque un sentiment de bonheur quand elle est sécrétée). Si les mécanismes qui déclenchent ces dysfonctionnements sont multiples et encore mal connus, les scientifiques sont tous d’accord pour dire qu’ils seraient liés majoritairement à des prédispositions génétiques héréditaires.

problème de rencontre probabilité Dernièrement, une équipe de scientifiques japonais menée par Tomoaki M. Kato, de l’université de Kyoto, a réussi à identifier un gène qui serait à l’origine de certains cas de bipolarité. Depuis longtemps un lien avait été établi entre maladies mitochondriales (qui provoquent un dysfonctionnement des mitochondries, les centrales énergétiques des cellules) et la bipolarité chez certains patients, mais les mécanismes sous-jacents n’avaient pas encore été mis en évidence. Quelque 20 % des personnes souffrant de dysfonctionnements mitochondriaux seraient également atteintes de troubles bipolaires.

rencontre et vous fr Sur 324 patients présentant des troubles bipolaires de différents types, l’équipe a commencé par séquencer le gène Ant1, dont les mutations sont connues pour être à l’origine des troubles mitochondriaux. Le taux de mutations dans cette population a été comparé à celui observé sur une base de référence comportant plus de 120 000 séquences provenant de patients et sujets sains. Les tests statistiques ont montré que le taux de mutation du gène Ant1, observé sur les 324 bipolaires était significativement supérieur à celui dans la base de référence. Ce constat confirme ainsi l’hypothèse que les mutations du gène Ant1 pouvaient être un facteur de risque générique de la bipolarité.

sites de rencontres yvelines Pour comprendre le rôle que joue la perte de fonction d’Ant1, les chercheurs ont ensuite créé des souris chez lesquelles ce gène a été inactivé. Ils ont ainsi pu étudier les conséquences fonctionnelles de la perte de ce dernier, en effectuant des études comportementales sur les souris. Les phases maniaques chez les bipolaires sont souvent liées à une surproduction de sérotonine, induisant des comportements euphoriques. Les chercheurs ont mis en place des tests comportementaux basés sur l’évaluation du fonctionnement du système de récompense chez la souris. Une souris euphorique se montrera moins impulsive et sera encline à accepter d’attendre plus longtemps une récompense (sous forme d’une boulette de sucre) si celle-ci est plus importante. C’est ce qui a effectivement été constaté chez les souris porteuses du gène muté, ce comportement étant un signe de suractivation des neurones producteurs de sérotonine. Les souris dépourvues d’Ant1 présentaient donc bien des signes caractéristiques de bipolarité.

faire des rencontres a la fac Grâce à des études moléculaires plus poussées, les scientifiques ont mis en évidence que le gène Ant1 code une protéine, la PTP, qui régule la concentration du calcium dans les cellules sérotoninergiques. C’est la concentration de calcium dans ces cellules qui permet la sécrétion de sérotonine dans l’organisme. Chez les personnes présentant une mutation de ce gène, les protéines PTP retiennent moins bien le calcium dans les mitochondries, ce qui provoque une libération de cet élément dans toute la cellule. Celle-ci se met alors à produire de la sérotonine en trop grande quantité, ce qui se traduit par un état euphorique chez le patient bipolaire.

rencontres gratuites.com La découverte du rôle du gène Ant1 permettra peut-être un jour de trouver un traitement plus adapté aux patients souffrant de ce type de bipolarité. Néanmoins, il en existe d’autres types, favorisés à la fois par des combinaisons de nombreux gènes et par des facteurs psychologiques et environnementaux. C’est donc seulement un maillon de la chaîne qui a été repéré, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières…

Abonnez-vous pour un accès illimité

rencontres cagnes rencontres lire dax 2011 Offre numérique Cerveau & Psycho

  • Accès en ligne illimité
  • Editions numériques des magazines
  • Archives depuis 1996

sit e rencontre gratuit iexplorer a rencontre un probleme 5,30€ par mois

rencontres musicales de nedde 2012
site de rencontre gratuit toul

Vous avez déjà un compte ?

Identification

site de rencontre pour handicapé gratuit belgique Identifiez-vous pour accéder à vos contenus

rencontre femme cogolin Voir

Vous n'avez pas encore de compte ?

Inscription

rencontres emirats Inscrivez-vous pour activer votre abonnement ou commander des numéros.

rencontre en estonie